fbpx

Entrainement – Lecture : 1 min

Blessures et musculation : comment les gérer ?

Par : Manon, Fondateur de Smart LIFE COACHING

Manon vous recommande de consulter cet ebook sur 

les 6 piliers de la perte de poids

En tant que pratiquant de musculation, ou même en tant que sportif, aucun d’entre nous n’est à l’abri d’une possible blessure : cela peut survenir lors d’un entraînement ou en dehors, mais dans les deux cas cela affecte sans aucun doute votre quotidien de sportif (ou non, d’ailleurs).

En ce qui concerne les blessures en musculation, ils sont dans la plupart des cas liés à une surutilisation.
Pendant l’effort, en effet, le sang est plein d’analgésiques : cela signifie qu’il faut donc une bonne dose de douleur avant que celle-ci soit perceptible par notre cerveau. Et quand on la ressent enfin, il est souvent déjà trop tard car les dégâts au niveau cellulaire sont déjà assez importants.

Il faut cependant apprendre à écouter ses douleurs. Un bon programme d’entraînement pourra se révéler durable si les dommages infligés aux tissus ne dépassent pas leur vitesse de récupération : il faut donc optimiser sa récupération et apprendre à limiter le stress lié à l’entraînement.


Il est tout à fait possible de s’entraîner malgré une blessure, avec les adaptations nécessaires évidemment. En effet, une blessure est souvent locale et n’empêche de réaliser que certains exercices, de travailler certaines zones. Concrètement, si un exercice ne vous procure aucune douleur, pourquoi ne pas le faire ?

Ce qu’il faut à tout prix éviter pour guérir, c’est de faire un ou plusieurs exercices qui relancent et ravivent la douleur. Mais en dehors de cela, tout est permis. Il est donc nécessaire de consulter et d’avoir l’avis d’un professionnel pour adapter ses entraînements autour d’une blessure. 

 Le fait de conserver une activité physique va permettre :
– Une récupération active
– Un renforcement du tissu afin de le rendre plus résistant aux dommages
– Une plus grande force musculaire et donc une majeure stabilité articulaire

Cependant, un point encore plus important est la mise en place d’une bonne récupération sous forme de:
Sommeil (7h de sommeil de qualité est le minimum recommandé) 
Réduction du stress

Alimentation équilibrée et adaptée à nos besoins : attention à ne pas « relâcher la pression » sur la nourriture. La nourriture est notre carburant, alors pour bien faire fonctionner son corps, il est nécessaire de conserver une bonne alimentation riche en micronutriments. Attention aussi à ne pas trop diminuer son apport calorique par peur de prendre du gras car cela affaiblit votre corps qui récupérerait alors moins rapidement : mieux vaut prendre un peu de gras que d’en perdre durant cette période de “convalescence”.

Patience : ne pas chercher à vouloir trop en faire, cela risquerait d’être plus contre productif qu’autre chose. C’est un marathon, pas un sprint.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos collègues ou amis :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Nos articles recommandés